Derniers articles publiés

Toyota présente en 2015 au Salon Automobile de Genève en première européenne un nouveau véhicule fonctionnant avec une pile à combustible et répondant au doux nom de « Mirai ». Le « futur » en japonais, nous assure la personne responsable des relations publiques que l'on croit sur parole.

Les ventes de ce nouveau véhicule ont toutefois déjà commencé au Japon en décembre dernier déjà et débuteront au mois de septembre prochain en Allemagne, au Royaume-Uni et au Danemark. Or pourquoi avoir choisi ces pays et ce véhicule novateur a-t-il une chance de s'imposer?


L'hydrogène pour carburant

La pile à combustible fonctionne avec un carburant, l’hydrogène, très intéressant pour de multiples raisons. En effet, c'est une énergie verte produite en scindant les molécules d'eau par électrolyse. Les ressources sont donc très importantes et la production électrique pour réaliser cette scission moléculaire peut être imaginée sous de différents angles. Une production a grande échelle (barrages, nucléaire, éolien...), avec en bout de chaîne un ravitaillement de stations comme cela se fait à l'heure actuelle pour les énergies fossiles. Ou une production localisée dans son propre garage, avec un système d’électrolyse alimenté par le courant de ville (voire sa propre station solaire). On évite ainsi le transport d'hydrogène potentiellement hautement explosif.

De plus, la production d'hydrogène peut tout à fait se réaliser sur les excédents de production électrique, surplus solaire (en été p. ex.) ou surplus nucléaire (lors de baisses de demandes de nuit p. ex.), ce qui offre d'intéressantes perspectives. Le fonctionnement de la pile à combustible est expliqué en détail dans cet article: Introduction sur les piles à combustible.


Réseau de ravitaillement

Revenons à la Mirai que Toyota met très en avant sur son stand genevois, alors que le plan de commercialisation ne passe ni par la Suisse, ni par la France... Et pour cause : le réseau de ravitaillement en hydrogène est quasi nul dans ces deux pays, ce qui n'est pas le cas des trois marchés nordiques précités


Approche innovante de la propriété intellectuelle

Mais est-ce que Toyota va percer sur ce segment où Honda avec son FCV ne réussit pas à prospérer? La clé réside peut-être dans l'approche nouvelle que Toyota propose de mettre en place. On le sait, toute innovation est verrouillée par une multitude de brevets, ce qui empêche la concurrence de s'approprier des bonnes idées pour poursuivre à son compte le développement. Un frein réel à la recherche puisque chacun est obligé de plancher sur sa propre solution en évitant de marcher sur les plates-bandes des autres. Or là où Toyota innove réellement, c'est par une approche « open source », en rendant librement accessibles près de 5680 brevets ! La main dans la main, les constructeurs sauront peut-être ainsi inscrire la voiture à pile à combustible sur la bonne trajectoire.


Design et équipement remarquable

Un autre argument intéressant avancé par Toyota est la présentation d'une voiture aboutie, déjà commercialisée et non d'un concept car. Elle a donc une ligne bien arrêtée, des équipements réels et un prix.

La ligne : c'est sur la forme d'une goutte d'eau que les ingénieurs nippons ont travaillé. Avec de grandes entrées d'air de chaque côté de la calandre pour pouvoir refroidir la pile à combustible et une aérodynamique étudiée pour être la plus efficiente possible. Berline 4 places, jantes alu, six teintes à choix, centre de gravité bas, puissante, silencieuse. Et un moteur électrique, puissant, avec du couple, où les ingénieurs japonais on mis tout leur savoir-faire.


 

 

 

Pour les équipements, tout le confort moderne y est, avec en prime une panoplie complète d'aides à la conduite dédiées à la sécurité (système de pré-collision, avertissement de franchissement de ligne, moniteur d'angle mort, etc.). Le niveau sonore est extrêmement bas lors de la conduite grâce au moteur électrique et à la réduction des bruits aérodynamiques.

Toyota annonce enfin une production de 50 à 100 voitures pour la période 2015-2016 et une commercialisation au prix hors taxes de 66'000€ pour le marché allemand. Affaire à suivre.