Derniers articles publiés

Image

Un hydroptère est un type de bateau dont la coque s’élève et se maintient en équilibre hors de l’eau à partir d'une certaine vitesse grâce a un ensemble de "foils" (plan porteur immergé), ou ailes immergées, qui fonctionnent sur le même principe qu’une aile d'avion. En supprimant le frottement de l’eau sur la coque et la traînée de vague de carène, cette technique permet aux bateaux d’augmenter leur vitesse.

Types d'hydroptères

Les hydroptères de première génération, à plans porteurs fixes perçant la surface, sont une invention allemande des années 1930 (brevets Schertel-Sachsenberg) reprise en Suisse après la guerre (Supramar), puis en URSS à partir de 1957 (les Raketa, Meteor, Kometa, etc.) et en Italie par Rodriquez (séries PT et RHS).

Les modèles dits de deuxième génération, plus sophistiqués, ont des plans porteurs complètement immergés qui nécessitent une stabilisation active.

Modèles à propulsion humaine

Le concept de l'hydroptère peut s'adapter à un engin propulsé par l'homme, il permet ainsi d'atteindre une vitesse importante sur l'eau.

Voic un modèle conçu pas des ingénieurs allemands (www.eta-hpb.de ). Cet hydroptère ressemble à un vélo et il permet d'atteindre des vitesses impressionnantes.

 


Un deuxième modèle, sud africain, semble moins confortable et moins rapide, mais le principe fonctionne.


Image 
 



Historique de l'hydroptère

En 1861, l'anglais Thomas Moy teste sur un canal un modèle équipé de trois surfaces portantes. Il note le déjaugeage dynamique et la réduction de la traînée.

En 1869 le français Emmanuel Farcot, ingénieur mécanicien auteur de nombreux brevets, dépose un brevet décrivant une embarcation munie de plan porteurs latéraux, horizontaux au départ, puis inclinés quand la coque commence à monter.

À partir de 1894, l'américain William E. Meacham explore le concept d'hydrofoil. Il teste à Chicago en 1897 un modèle remorqué équipé de cinq surfaces portantes. Il publie en 1906 dans Scientific American un article de référence où il expose les principes de base d'un hydroptère.

En 1897, le Comte de Lambert expérimente un catamaran équipé de quatre plans transversaux. Avec la vitesse, les coques sortent de l'eau et l'engin est porté à la surface. Il s'agit donc d'un hydroplane, fonctionnant en hydroptère seulement pendant la phase d'accélération. « À une vitesse de 16 km/h, les flotteurs étaient entièrement sortis de l'eau et la machine glissait à la surface sur ses quatre surfaces portantes.»

En 1905, le professeur Enrico Forlanini, connu pour ses conceptions de dirigeables, conçoit et construit un hydroptère pour tester des foils en vue d'application aux avions. Il le teste en 1906 sur le lac Majeur, atteignant 70 km/h avec un moteur de 75 ch. Les foils sont du type à échelle; la configuration est complexe, avec des plans porteurs fixes et d'autres rétractables à grande vitesse. La propulsion est aérienne.

En 1907, A. Crocco et O. Ricaldoni testent un hydroptère de 8 m de long, propulsé par deux hélices aériennes à pas variable disposées sur des bras en V. La configuration est de type trois points (un avant, deux arrières), les foils en acier sont du type en V (perçant la surface). Avec 100 ch, l'engin aurait atteint 80 km/h.

En 1907 également, l'américain Peter C. Hewitt construit et teste un hydroptère à propulsion par hélice immergée, présentant toute une série de foils décalés en hauteur et en longueur. La configuration montre des foils latéraux avant et des foils axiaux arrières. L'hélice est sur un pied, en attaque frontale (comme sur un avion).

Fin 1907, le brésilien Alberto Santos-Dumont teste sur la Seine un engin réalisé dans le but d'atteindre 100 km/h pour remporter un pari de 50 000 francs. Présenté parfois comme une hydroplane devant recevoir des ailes par la suite, il s'agirait en fait d'un véritable hydroptère, de configuration trimaran, car il présente un grand foil avant de 4 m d'envergure et un foil arrière (directionnel) d'un mètre. Les essais ne sont pas satifaisants (problèmes de moteur). Les photos publiées montrent l'engin avec une hélice mais sans moteur.

En 1919, Alexandre Graham Bell fait l’essai de son hydroptère sur le lac Bras d’Or sur l’Île du Cap-Breton7